Jacqueline Osty

Jacqueline Osty

Paysagiste, Grand Prix de l’Urbanisme 2020

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, la paysagiste Jacqueline Osty crée à Paris son agence en 1985, qui se transforme en 2007 en Atelier Jacqueline Osty & Associés (AJOA). Depuis 2004, elle enseigne également à l’Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois.

Jacqueline Osty est reconnue pour son travail où les préoccupations patrimoniales, urbaines et environnementales sont totalement intégrées à la conception des projets. Elle a développé une approche très contextuelle et sensible du site dans un aller/retour constant entre les différentes échelles du territoire. Elle attache une extrême importance à la manière d’ancrer le projet dans son site et recherche la meilleure adéquation entre un lieu et ses composants. Sa façon d’opérer au plus près du territoire, dans le but d’en préserver l’attractivité et de valoriser tous ses patrimoines identitaires, paysagers, architecturaux et environnementaux, est caractéristique de son travail.

Jacqueline Osty travaille sur des projets de nature et d’échelle extrêmement variées : des parcs urbains, des espaces publics ainsi que de vastes secteurs urbains et périurbains. Côté parc, ils comprennent le Parc Saint-Pierre à Amiens, le Parc Théodore Monod pour la ville du Mans, le Parc Grammont à Rouen, le Parc de Bonne à Grenoble, le Parc de la Vallée aux Loups près de Paris, le jardin du Musée Delacroix et le parc Zoologique de Paris. Les projets d’espaces publics et de promenades sont, entre autres, la place Feydeau-Commerce à Nantes, les promenades de Reims, la Place Bellecour, la Place des Jacobins, l’Espace Bachut à Lyon, les boulevards du centre historique de Chartres, le front de mer des Sables d’Olonne et, à Paris, le boulevard Richard-Lenoir, le quai de Seine devant la nouvelle Bibliothèque nationale.

Actuellement, elle réalise le dernier grand parc de Paris, le Parc Martin Luther King, quartier de Clichy-Batignolles. Elle dessine l’écoquartier Flaubert à Rouen et travaille actuellement sur le projet urbain de l’Ile de Nantes.

Jacqueline Osty a été récompensée du Prix de l’aménagement urbain, catégorie Parcs et Jardins en 1994 et du Grand Prix National du Paysage en 2005 pour le parc Saint-Pierre à Amiens et en 2018 pour les aménagements des bords de Seine à Rouen (Presqu’ile Rollet). Elle a également reçu la Grande médaille d'argent de la Fondation académie d'architecture le 22 juin 2004. Elle a reçu le Prix National des éco-quartiers pour le parc de Bonne en 2009 et le Prix des victoires du paysage en 2012 pour le parc de Clichy-Batignolles à Paris. Elle a aussi été nominée en 2018 pour le Grand Prix de l’Urbanisme.